Le site de Marsa : une merveille à Panossas


Le site de Marsa (étang et son pourtour, plus les pelouses sèches) a été intégré dans le réseau des ENS (Espaces Naturels Sensibles) locaux du Conseil Général de l’Isère, depuis 2004.

Ce site était déjà intégré an sein d’une ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique), qui elle-même rentre dans le cadre d’une Directive Européenne, dite « Natura 2000 », depuis 1992.

Pourquoi un tel intérêt ?

Surface de l’étang (zone d’intervention), de ses abords et de son environnement naturel : 19,30 hectares
Faune répertoriée : 188 espèces animales
Flore présente : 241 espèces végétales
Surface du coteau (zone d’observation du périmètre retenu) : 53 hectares
Richesse végétale évidente avec 10 espèces d’orchidées, et une orchis parfumée (anacamptis fragrans, qui possède le statut PrN)
Il est exceptionnel de trouver autant d’espèces sur une si petite surface !

 

Animations découvertes du site

L'association LO PARVI (domiciliée à TREPT - tél : 04.74.92.48.62)) organise des sorties animations/découvertes sur le site de l'étang de Marsa.
(exemples :découverte des libellules, des papillons de nuit, des orchidées....).
Nous vous invitons à consulter les dates des visites dans la rubrique Agenda.
De plus, le site est ouvert également pour des visites scolaires. Vous trouverez les dossiers d'inscription sur le site du conseil général.
Enfin, en annexe, vous trouverez un document que vous pouvez télécharger concernant la connaissance et la découverte du site de Marsa et ses pelouses sèches.

 Télécharger:  Découverte du site de Marsa

 

Les actions engagées

Un plan de gestion de 5 ans a été conclu avec le Conseil Général, afin de rendre au site tout son lustre, et de permettre à la biodiversité de s’épanouir.

Les grands axes de mise en valeur sont les suivants :

  • Axe écologique et naturaliste, par une meilleure connaissance de la diversité de la flore et de la faune, par une protection accrue de l’exceptionnelle qualité de l’eau
  • Axe pédagogique, par la création de cheminements de découverte et de zones d’observations (visites scolaires et élaboration d’un support pédagogique)
  • Mise en valeur, et de l’étang par la création de postes de pêche, et du coteau par le retour des pâturages (pelouses sèches)


Les travaux et actions engagés en 2007, au titre du plan de gestion:


Remise en eau de l’étang

Cette action, la plus spectaculaire, que beaucoup d’entre vous a suivi avec attention, a comporté plusieurs volets et a fait intervenir divers corps de métiers :

  1.  Une entreprise, spécialiste des environnements marécageux, a effectué un broyage sévère de la face Ouest de l’étang et d’une zone d’une cinquantaine de mètres côté Est vers la digue. Les saules et autres vorgines proliféraient à la limite de l’envahissement !

    La digue a été débarrassée de ses arbres.

    La partie centrale de l’étang a été curée, dégageant ainsi une surface travaillée de près de 8.000 mètres carrés. Cette zone est désormais profonde de 1 mètre 80

    Les déblais ont été utilisés pour créer un merlon de terre sur la face Ouest de l’étang,  zone réservée à la pêche, ainsi qu’un îlot artificiel, pour le plus grand bonheur des tortues cistudes qui aspirent à beaucoup de quiétude !

    3 mares ont été crées au Nord de l’étang, dans des zones peu accessibles, afin de favoriser l’habitat des batraciens

    Enfin, le remise en service de la serve permettra aux visiteurs d’admirer insectes et batraciens, au plus prè
  2. Les ouvrage hydrauliques de la digue ont été, soit refaits, soit confortés

    Le déversoir d’orage, côté départementale D18 a été entièrement repensé, et une buse de Ø 1 mètre est là pour parer à tout débordement
    La vanne centrale a vu l’installation d’un dégrilleur, ainsi que d’un pointeau neuf de fermeture
    La vanne d’alimentation du pressoir a été renforcée et sécurisée


  3. Des garde-corps ont été installés à plusieurs endroits, et le pontet menant au pressoir, refait. La zone de pêche a vu un début d’aménagement

 
Réhabilitation des pelouses sèches


Un chantier de broyage de plus d’une semaine a redonné aux pelouses sèches du coteau l’aspect qu’elles n’auraient jamais du perdre. En effet, l’absence de pâturage a fait la part belle aux prunelliers, aux arbustes de toutes sortes et autres variétés envahissantes qui dénaturaient le site.
Cette opération de broyage-nettoyage, associé à la remise en pâture espérée pour 2008 rendra à ce site sa vocation originelle.


Autres actions


Dans le cadre de stages d’études, une équipe d’étudiants du Lycée Paul Claudel de Villemoirieu (BTS 2ème année) s’est attelée à la définition et à l’organisation d’un parcours pédagogique.

Une deuxième équipe  a pris en charge le problème du ré empoissonnement et du règlement de la pêche.

Enfin, et en dehors de toutes subventions, l’association du Pressoir de Marsa,  a redonné un aspect plus convenable au pressoir et à son  environnement.

Pour les plus observateurs d’entre vous, il est à signaler, que sur demande du SDIS (secours départemental) 3 prises d’eau (crépines) ont été installées en fond d’étang, afin de parer à toute éventualité. Cette installation est entièrement prise en charge par l’entreprise Agronature, exploitante de l’usine d’amendement voisine.


Les travaux et actions  engagés en 2008


Fin de l’aménagement des pelouses sèches

Une clôture de 958 mètres a été installée en périphérie de cet espace. Elle a pour but d’assurer la remise en pâture et permettre, par une occupation ponctuelle du bétail, une remise en état dans les conditions les plus naturelles possible.

Cette clôture est équipée de trois passages amovibles, de trois chicanes piétons, et d’une aire de débarquement pour les bétaillères.

Un point d’eau a été installé.

Entretien raisonné des abords de l’étang

La végétation, après la période « d’abandon » de l’étang, a repris ses droits, et ce, de façon spectaculaire.

Le retour à un aspect et à une fonctionnalité le plus naturel possible étant de mise, le fauchage a été sévèrement encadré. Les abords ont ainsi retrouvé en fin de saison l’aspect qu’il est possible de constater sur les cartes postales anciennes où figurent ces lieux.

Ré-empoissonnement

Cette opération s’est déroulée en deux temps : les « blancs » (carpes, tanches, rotangles) à l’automne, et les carnassiers (perches, brochets) en février.

Ce ne sont pas moins de 200 kg qui ont été réintroduits, pour le plus grand bonheur des pêcheurs (futurs) du site.


Autres actions

L’association « Lo Parvi » a proposé aux habitants en juin, une après-midi découverte sur les pelouses sèches, ayant pour thème les orchidées, nombreuses, variées et bien présentes sur le site, à la grande surprise des participants.

Les BTS 1ère année du Lycée Paul Claudel de Villemoirieu, sous la conduite d’un élu de Panossas, ont découvert l’ensemble du site, dans le cadre d’une « immersion » en milieu naturel.


Les travaux et actions engagés en 2009


Retard pour l’ouverture au public du site !

Des problèmes administratifs ont empêché l’ouverture du site de l’étang, et de sa zone de pêche par la même occasion.

Pourquoi ?

La réglementation en matière d’ouvrage hydraulique a subit une « révolution » au 1er janvier 2009, assimilant la moindre digue à un « barrage », et la soumettant donc aux mêmes règles de sécurité, contrôles et validations diverses.

Il nous a donc fallu contacter un bureau d’étude, spécialisé dans ce genre d’expertise, et les plus curieux auront remarqué que courant juin, un engin chenillé a effectué des essais de compression et de carottage, afin de sonder les entrailles de ce petit ouvrage, qui, rappelons-le tout de même, ne retient qu’une étendue d’eau dont la profondeur moyenne n’excède guère les 1 mètre 50, à l’exception de l’emplacement de la vanne principale.


Cette digue a servi de route jusque dans les années 50, pour se rendre à Veysillieu, la route actuelle en contrebas n’ayant été aménagée que lors de l’installation de l’usine d’amendements agricoles.

Les résultats permettront une ouverture globale du site en 2010, une fois la validation acquise par les services de la DDAF (Direction départementale agriculture et forêt)

Activités pastorales sur les pelouses sèches

Une demi-douzaine de vaches a arpenté le coteau cet été, et a marqué ainsi le renouveau d’une pratique ancienne qui était de mise sur l’ensemble des prairies de cette partie de la commune. A l’époque, les bovins se trouvaient en compagnie d’ovins et caprins. L’essai semble avoir été concluant, et nous souhaitons ardemment retrouver nos « pensionnaires » l’année prochaine !

Autres actions


L’association des amis du pressoir, fort du succès de la remise en eau de l’étang, et donc de la possibilité de faire fonctionner à nouveau le pressoir de façon naturelle, a organisé le dernier dimanche d’avril, sa fête annuelle, confortée en cela par le succès de l’an passé, fêtes interrompues 3 ans, faute d’eau.